La famille

Ces jours où c’est si difficile avec Elle

30 avril 2015

elle_boude

Elle, c’est mon Elfe, ma deuxième, mon bébé. C’est un nuage de boucles et de câlins. Mais c’est aussi un caractère bien trempé, colérique, passionné. Toutes les deux on se ressemble… un peu. Mais souvent je suis dépassée par ce bouillonnement incessant, moi qui suis plutôt de nature calme.

Après trois ans passés à ses côtés, il y a certaines choses que je sais:

[su_list icon=”icon: star” icon_color=”#9bd9d3″]

  • Je sais qu’il vaut mieux tenter le dialogue plutôt que de crier
  • Je sais qu’on ne peut capter son attention qu’en étant trèèèèèès patient
  • Je sais qu’un câlin est toujours une solution qui marche pour l’apaiser

[/su_list]

Je sais tout ça et pourtant je ne réagis pas toujours comme je devrais, comme je voudrais. Je me retrouve à court de patience, à court de mots, je ne sais plus par quel bout la prendre, comment arriver à lui faire comprendre.

Parfois, souvent, elle et moi, on ne se comprend pas. On se tourne autour en essayant de communiquer chacune à notre façon sans parvenir à se trouver. On s’aime si fort, si fort. On peut se mettre à se hurler dessus et puis se tomber dans les bras 2 secondes plus tard. Face à elle j’ai 3 ans et je ne sais plus gérer mes émotions. L’amour, la colère, le dénuement, ils m’envahissent, je ne sais plus comment les maîtriser.

Je cherche… Un moyen de l’atteindre, elle qui ne semble entendre que ce qu’elle veut. Un moyen pour qu’elle obéisse un peu, juste un peu et cesse les bêtises, juste un peu. Sans l’étouffer, sans porter atteinte à ce qu’elle est.

Je voudrais qu’elle arrête de se mettre en danger, mais sans la rendre craintive. Je voudrais qu’elle cesse ses colères tonitruantes, mais sans brider son caractère de feu. Je voudrais trouver un moyen pour qu’elle et moi on puisse vivre ensemble, sans s’affronter.

C’est à moi de changer ma façon d’aborder les choses, c’est moi l’adulte, c’est moi sa maman. Si je ne fais pas l’effort de me mettre à sa hauteur, d’essayer de la comprendre, qui le fera ?

lelfe

Mais il y a ces jours difficiles. Ces jours où la fatigue nous gagne toutes les deux, où elle me fait comprendre qu’elle en a assez de toutes ces règles, qu’elle ne comprend pas pourquoi le monde ne tourne pas comme elle le veut. Où je suis épuisée et agacée, lassée d’être sans arrêt obligée de composer avec elle, de devoir laisser sa grande sœur sur le côté pendant que je lui cours après (au sens propre et au figuré).

Ces jours-là, j’oublie. J’oublie tout ce que je sais d’elle et je réagis à l’ instinct: je crie, je punis…

Elle, ma toute-petite, joyeuse et vive. Intelligente et charmeuse. Je vois son petit visage se froisser et ses bras se tendre vers moi.

Je le dis souvent: il est très facile de se mettre en colère contre elle. Il est très dur de le rester… Même ces jours difficiles.

You Might Also Like

10 petits mots

  • Reply Isabelle 30 avril 2015 at 11:47

    Exactement ce que je vis avec ma dernière, elle a 7 ans et demi, et je n’y arrive toujours pas, mon commentaire ne va pas vous aider là! moi ça me fait du bien de lire vos mots, on s’en veut tellement

    • Reply Léa 30 avril 2015 at 18:09

      Au contraire, ça m’aide de savoir que je ne suis pas la seule ! C’est vrai on s’en veut et on culpabilise alors savoir que d’autres se débattent de la même façon, c’est rassurant quelque part, on peut se serrer les coudes 😉

  • Reply lorene 30 avril 2015 at 12:06

    Je vis la même chose avec ma dernière, cinq ans…elle est dans une période où elle est très mouvementee…je ne sais pas je n’arrive pas à décrire exactement ce qu’il se passe mais c’est épuisant… Je compatis, on finira par trouver

    • Reply Léa 30 avril 2015 at 18:12

      C’est surtout avec les dernières alors apparemment ! Difficile à décrire, je comprend, mais épuisant ça c’est certain, moralement surtout. Il n’y a pas de baguette magique, il faut qu’on arrive à faire face, mais de savoir qu’on est beaucoup de mamans dans le même cas, ça rassure, ça permet de relever la tête. On va y arriver ! 🙂

  • Reply clarisse 30 avril 2015 at 18:44

    Il n’y a pas de mode d’emploi pour être mère…souvent je ne suis pas celle que j’ai envie d’être non plus parce qu’ils me poussent à bout tous les deux et qu’ils s’étonnent que je m’énerve 😉 mais il y a quelques fois sublimes où tout marche sur des roulettes sans qu’on sache pourquoi ! Et là je les regarde et je leur souris complice parce que je sais qu’ils se sont ligués pour être sages un peu seulement pour m’empêcher de les détester complètement certains jours 😉 faites des gosses !!! Nos enfants font de nous des mamans pas parfaites mais humaines et moi je préfère !

    • Reply Léa 1 mai 2015 at 13:37

      C’est sûr, être une mère parfaite n’est ni possible, ni même souhaitable. Mais je trouve désagréable pour tout le monde de passer mon temps à me fâcher. J’aimerais trouver d’autres façons de réagir, il en existe, je le sais. Et après tout l’être humain n’est pas parfait mais il est perfectible 😉

  • Reply BRD 30 avril 2015 at 18:48

    Tu as Moins-Grande en stage ? 😀 Je ne cours plus après aucune, c’est déjà ça. On a gardé la poussette longtemps (honte à nous) et elle fait les courses dans le caddie (en tant que chargée de liste). Éviter qu’elles se mettent en danger ? En une semaine, j’ai frôlé les urgences pour la grande et fini chez le dentiste de garde pour Moins-grande suite à une chute. Et se poser la question si oui ou non on va aux urgences, cela nous arrive plusieurs fois par mois… Bref, je n’ai pas encore réussi. Quant aux colères, à ce trop-plein d’émotion, je les gère toujours par des câlins, de l’isolement et… des chansons 😀 Ça calme tout le monde (parents compris) et nous réunit. On a instauré aussi le placard à colères, où elle range colère et mauvaise humeur (sa sœur avait une boîte mais il y a un peu plus à ranger… ). Et quand c’est moi qui suis de mauvaise humeur et qui n’arrive pas à me calmer, c’est moi qui m’isole et qui chante, ça marche pour les grands aussi 😀 Par contre, tu as parfaitement décrit ce qui se passe parfois avec la grande et là, je n’ai toujours pas de solution. On s’aime plus que tout, mais on se déchire parfois. C’est difficile d’être parent.

    • Reply Léa 1 mai 2015 at 13:43

      Oui c’est difficile ! Mais c’est beau aussi, c’est vrai. Le problème c’est que la grande ne m’a pas du tout entraînée à tout ça, je suis déroutée et je dois tout réapprendre. Je vais tenter le placard à colère, tiens, c’est une bonne idée. Je tente le dialogue souvent mais, la petite est comme ta Moins-grande, je ne sais pas si elle capte ce que je lui dis. Exemple: “-Tu sais que même si je me fâche, je t’aime très fort, n’est-ce pas ? -(silence de l’autre côté, elle regarde ailleurs) -Tu as entendu ce que j’ai dit ma chérie ? -Oui. -J’ai dit quoi ? -on n’a pas le droit de courir -…” OK. Il y a beaucoup de boulot 😉

  • Reply Cath_7 nouvelle vie 30 avril 2015 at 21:14

    C’est aussi ce que je vis avec ma fille de 7 ans. Elle est fille unique mais je vois que ce n’est pas forcément plus simple quand ce n’est pas le cas ; ça me fait du bien de la savoir.
    Je me sent tellement minable quand je lui hurle dessus parce que je ne suis pas arrivée à me calmer, à la calmer…
    Oh non, tu n’es pas seule, Léa !

    • Reply Léa 1 mai 2015 at 13:45

      Comme ça me fait du bien de lire tes mots également. C’est vrai qu’on se sent tellement mal, ça rassure de voir que non, on n’est pas seule, que les autres réagissent pareil, que c’est difficile pour tout le monde. Et quelle que soit la situation familiale. Les caractères s’opposent parfois voilà tout, c’est bon de savoir que ce n’est pas de notre faute 🙂

    Laisser un petit mot